« There is a whole catalogue of things you’re not looking for » : parmi Against The Day.

par Olivier Lamm

C’est qu’Against The Day, gros pachyderme, ne se construit pas par le milieu, selon des glissements neuronaux de paysages grouillant en paysage grouillant qui se connecteraient parfois par des buissons de détails, comme le faisait GR (on va faire comme les universitaires, on va appeler Gravity’s Rainbow par son acronyme) mais plutôt par mouvement circulaires, en faisant des gros sauts de géant, des travellings hyper rapides, du montage comme dans ces films qu’on dit choraux

Posted
AuthorOlivier Lamm
Categoriescritiques, V.O.

Un sérieux prétendant

par François Monti

The Suitors est un premier roman tout à fait remarquable qui permet à son auteur de s’affirmer comme un des prétendants à la relève littéraire américaine. En tout cas, une belle preuve du dynamisme des écrivains de ce pays.

Posted
AuthorFrançois Monti
Categoriescritiques

Un tunnel de mots

par François Monti

Comment parler d’un tel livre ? Comment ne pas faire insulte à la prose splendidement étalée sur 651 pages ? Faut-il oser taper des mots à la suite de ces mots lus, avec la certitude de passer pour un couillon qui aurait mieux fait de la fermer et de garder ses yeux bien fixés sur le volume ? Pas le choix, il est trop tard pour reculer…

Posted
AuthorFrançois Monti
Categoriescritiques

Le Québec selon Saint William

par François Monti

N’y allons pas par quatre chemins : Fathers and crows est un roman fantastique, qui exige beaucoup du lecteur mais qui donne énormément en retour. Une œuvre aboutie, majeure, d’un auteur qui n’avait alors que 33 ans. Indispensable.

Posted
AuthorFrançois Monti
Categoriescritiques

Retour dans le labyrinthe

par François Monti

Sans être un recueil de nouvelles, il est composé de quatorze textes. Sans être un roman, il doit se lire comme un tout. Sans être une œuvre théorique, il est rempli de considérations sur l’art du conteur. Lost in the funhouse est un dédale, un labyrinthe où se perdre est souhaitable, puisque l’on s’y amuse en permanence.

Posted
AuthorFrançois Monti
Categoriescritiques

Apocalypse now

par François Monti

Cet homme de 73 ans est le seul qui puisse regarder Thomas Pynchon droit dans les yeux sans s’avouer vaincu. Avec The Road, ce styliste hors pair fournit une œuvre concise, une essence, un concentré de son talent. Le meilleur livre de 2006 ? Le plus bouleversant. Cormac McCarthy.

Posted
AuthorFrançois Monti
Categoriescritiques

La chambre aux échos

par François Monti

The Echo Maker est, d’une certaine façon, l’aboutissement d’un parcours littéraire, le moment où tous les éléments déjà semés au cours des huit romans précédents sont rassemblés harmonieusement, délaissant l’excès ou les approximations pour parvenir au juste équilibre. On savait que Richard Powers était un écrivain important. Aujourd’hui, on est convaincu que c’est un grand.

Posted
AuthorFrançois Monti
Categoriescritiques

Nixon, maître queutard

par François Monti

Influencé par Dostoïevski, Joyce, Beckett et Gaddis, contemporain immédiat de John Barth, John Hawkes et William Gass, contributeur régulier de McSweeney’s, cet auteur finalement peu lu est une des forces créatrices les plus importantes de la littérature américaine actuelle, une source constante d’inspiration pour ses multiples élèves.

Posted
AuthorFrançois Monti

La maison Russie

par François Monti

Un vieil homme de 86 ans se rend en Russie, son pays natal, en septembre 2004 et y entame son dernier voyage. Dans une longue lettre à sa fille, il raconte les zones d’ombre de sa vie. House of meetings est le onzième roman de Martin Amis, et il est très différent de ce à quoi il nous a habitué.

Posted
AuthorFrançois Monti
Categoriescritiques

Bateman, tueur égalitaire

par François Monti

Il y a peut-être deux façons de voir American psycho, le troisième roman de Bret Easton Ellis. La première en fait un livre creux, rempli de violence gratuite, de haine pour les femmes et de fascination pour le fric. La deuxième, un livre profondément moral, une satire de la société des années 80, une saillie contre un monde plongé dans l’anomie.

Posted
AuthorFrançois Monti
Categoriescritiques

Hors du labyrinthe ?

par François Monti

Il y a une semaine maintenant que Only Revolutions, le deuxième roman de Mark Z. Danielewski, est disponible dans le commerce. Avant la lecture, les questions étaient nombreuses. Elles ne portaient pas tellement sur la capacité de Danielewski à écrire une œuvre de qualité, mais plutôt sous quelle forme elle se présenterait.

Posted
AuthorFrançois Monti
Categoriescritiques