L’hippocampe faux-semblant

par Antonio Werli

Un jeune gars s’extrait du monde et de son passé, s’installe à la cambrousse et souhaite recommencer une nouvelle vie. Il tombe amoureux, entretient de rares relations d’amitié, invente quelque stratagème pour ne pas devenir complètement fou. La rupture ne manquera pas, qui survient à tous les niveaux, provoquée ou subie, ou les deux à la fois.

Posted
AuthorAntonio Werli
Categoriescritiques

A ramble to the periphery

par Olivier Lamm

Alexander Theroux est l’un de mes auteurs préférés, toutes littératures, tous pays, toutes époques confondues. Sorte de croisement inouï entre les grands érudits britanniques (Burton, Browne), les pré-modernistes truculents (Ronald Firbank, Baron Corvo), ses collègues de chaire postmodernistes (Guy Davenport, Gass et Pynchon) et bien sur Borgès et Melville, il illustre exactement ce que Barthes entendait, je crois, par “paradis lisible”. C’est le maximaliste ultime, un collectionneur insatiable de mots rares qui concentre et emmêle tous les paradoxes de la modernité et de la postmodernité dans une oeuvre qui fait mine de ne regarder que vers le passé.

Posted
AuthorOlivier Lamm

Comme on presse une serviette pour en faire sortir l'eau

par Olivier Lamm

Pas franchement prophète en son pays, Gabriel Josipovici (1940- ) fait partie de ces modernistes engagés dont on chérit l’existence à distance mais dont on laisse aussi volontiers les livres mariner dans leur jus, accablé a priori de leur sérieux et leur intellect (soit dit en passant, j’ai entendu l’autre jour une Dame de Télérama reprocher à un roman d’être trop intelligent, et j’ai été tellement embarrassé pour elle que je me suis un peu démis la mâchoire). Il faut dire qu’il a fort à faire dans sa méchante Angleterre, dont les très rétrogrades Lettres sont les plus acquises à la cause du réalisme social et dont on sait le mal qu’elles ont fait à l’ego du pauvre B.S. Johnson. Se réclamant de la frange dure du modernisme qui tape à la machine et de la fange « espiègle » du postmodernisme qui coupe-et-colle au traitement de texte, cet ex professeur à l’Université du Sussex ne s’est pas contenté d’enchaîner doctement les romans à contrainte complexes comme des postulats cognitifs, il a également écrit nombre d’essais prosélytes voire franchement guerriers et incorrects ; son plus récent, l’explicitement titré Whatever Happened to Modernism ?, a même provoqué un petit tollé au Royaume-Uni l’année dernière, malheureusement moins pour son ardent plaidoyer pour une littérature éveillée à son temps et à son histoire que pour les quelques lignes de l’avant-dernier chapitre où il s’en prend à Julian Barnes, Ian McEwan, Adam Thirlwell et même Martin Amis (voir l’article forcément affectueux que Tom McCarthy consacre au livre).

Posted
AuthorOlivier Lamm
Categoriescritiques

Richard Powers, Générosité

par Olivier Lamm

On s’interroge souvent de savoir si un roman est facile ou difficile à lire ; on se demande moins souvent à l’attention de qui (le lecteur maigre ou le lecteur ventripotent, l’universitaire bossu ou la mie de l’auteur) il déroule ses phrases, s’il est accueillant ou, pour reprendre un mot de Julian Rios sur Arno Schmidt*, "on y entre (bien) comme dans un bain". Quelques lignes seulement de l’ouverture furibonde et magistrale du bien nommé Generosity suffisent à se rendre compte que l’affaire sera complexe et qu’elle sera divine, que tâter de ses spirales et sa vitesse secouera, brûlera et excitera non-stop les parties les plus précieuses du cortex pariétal. Sous-titré "an enhancement" (une amélioration), Generosity n’est certes pas facile, mais sa difficulté enveloppe et accueille immédiatement à bras ouverts, humant à tue-tête une oraison folle d’amour pour ses lecteurs et d’optimisme pour le futur de la littérature.

Posted
AuthorOlivier Lamm
Categoriescritiques

Entretien avec Richard Grossman

C’est un livre qui paraît ces jours mais qu’on attendait depuis des lustres : le premier roman traduit en Français de l’Américain Richard Grossman, et le premier volet de l’un des projets littéraires les plus ahurissants à avoir émergé de l’humus fluide des accotements de la littérature américaine contemporaine.

Posted
AuthorOlivier Lamm